la Charte éthique

La présente Charte définit les objectifs et les principes fondamentaux de la Société Française d’Ethnopharmacologie :

  •  Article 1 :

s’inscrire dans le cadre de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme des Nations-Unies (1948) qui stipule que : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires. » (article 25)

  • Article 2 :

se reconnaître dans les recommandations de l’OMS qui visent à recenser, évaluer et intégrer la médecine traditionnelle dans les soins de santé primaires pour permettre l’accès de tous à un niveau de santé acceptable  (Déclaration d’Alma Ata, 1978, Stratégie pour la médecine traditionnelle 2002-2005)

  • Article 3 :

s’inscrire dans les politiques nationales de Médecine Traditionnelle et contribuer à leur mise en œuvre

  • Article 4 :

respecter les Conventions sur la biodiversité, la propriété intellectuelle et les conventions internationales, contribuant à la sauvegarde du patrimoine et des ressources naturelles et culturelles (Convention de Rio 1992, Convention de Washington 1973, Convention de Berne 1979)

  • Article 5 :

respecter les peuples et leur diversité culturelle en particulier dans les domaines de la conception de la santé et de la maladie

  • Article 6 :

collaborer avec des communautés, des collectivités,  des services techniques, des organisations de la société civile notamment des ONG et des associations spécialisées dans la médecine traditionnelle ; ainsi qu’avec le secteur privé et des personnes ressources particulières oeuvrant à l’intérêt du réseau

  • Article 7 :

échanger et partager équitablement les informations à caractère scientifique au sein du réseau, sous forme de publications ou autres

  • Article 8 :

s’engager à fournir les études scientifiques et cliniques réalisées au sein des organisations, pour un souci de transparence, d’amélioration, de confrontations et de discussions

  • Article 9 :

restituer aux populations locales, dans un souci de développement durable, le résultat du travail réalisé selon la démarche de l’ethnopharmacologie appliquée dans un but de la ré-appropriation de ces savoirs et d’une meilleure autonomie en matière de gestion des soins

  •  Article 10 :

contribuer au développement de médicaments à base de plantes ayant fait l’objet d’évaluations scientifiques et ceci dans le respect d’une utilisation raisonnée des ressources naturelles

  •  Article 11 :

être un réseau laïc et indépendant de tout courant de pensées organisées

  • Article 12 :

toutes les actions entreprises au sein du réseau doivent être en cohérence avec cette charte.