Le jardin des plantes médicinales

Plan du jardin des recollets

Un jardin des Simples a été conçu dans le Cloître des Récollets de l’Institut Européen d’Ecologie en 1989, grâce au don des Laboratoires Pierre Fabre et au financement public du Conseil Général de la Moselle. La réalisation a été confiée aux Espaces Verts de la Ville de Metz. Plusieurs plantes médicinales d’usage traditionnel en France depuis des dizaines, voire des centaines d’années, ont été plantées dans ce jardin. Elles appartiennent toutes à notre tradition thérapeutique, elles font partie de la Pharmacopée Française (un ouvrage pharmaceutique qui dresse la liste des 521 plantes médicinales officielles en France).

Ces plantes de la Pharmacopée Française servent à préparer des tisanes mais aussi des médicaments. Certaines d’entre elles sont présentées sous forme d’extraits ou de poudre, en gélules, ampoules, comprimés, extraits ou encore en teintures. D’autres serviront de matière première à l’industrie pharmaceutique pour extraire des principes actifs présentés ensuite sous forme de médicaments. Aujourd’hui encore, un quart des médicaments vendus dans nos pharmacies a une origine végétale et un autre quart est obtenu par hémisynthèse à partir de plantes. La thérapeutique moderne a encore aujourd’hui largement recours aux plantes médicinales.

Dans ce jardin réaménagé en 1998 par l’Institut Européen d’Ecologie (Jacques Fleurentin) et les Espaces Verts de la Ville de Metz (Romuald Duda), nous avons voulu présenter des plantes médicinales officielles, non toxiques, pouvant être utilisées en auto-médication généralement sous forme de tisanes obtenues par infusion ou décoction. Certaines d’entre elles peuvent être prises par voie orale, d’autres ne seront utilisées qu’en usage externe en application comme par exemple, en collyre ou en gargarisme.

Ces plantes font partie de la liste officielle des 195 plantes médicinales traditionnelles françaises émanant du Ministère de la Santé et précisant pour chacune les parties utilisées et les indications traditionnelles reconnues. Nous avons ainsi cultivé dans ce jardin 88 d’entre elles, non toxiques, et nous présentons leur nom botanique en latin et en français, leurs indications thérapeutiques traditionnelles, les propriétés pharmacologiques et cliniques scientifiquement démontrées ainsi que quelques éléments de leur composition chimique.

Elles ont été plantées et classées en fonction de leur indication thérapeutique principale. Le plan du jardin et les annexes 1 et 2 permettent de localiser les espèces. Nous avons ainsi les plantes :